En 2008, trois chevaux Bretons sont arrivés à Pontet-Canet dans le but de cultiver la vigne afin d’éviter le compactage du sol et favoriser le travail des racines. C’est une révolution qu’il a fallu gérer au quotidien en réapprenant par exemple à vivre aux côtés de ces animaux dociles mais puissants.

Depuis, leur nombre ne fait qu’augmenter pour cultiver de plus en plus de parcelles de cette manière sans intervention de tracteur. Ce n’est pas un retour en arrière, ni la recherche d’une vision folklorique mais un véritable pari sur l’avenir qui nous oblige à adapter le travail du cheval aux contraintes modernes.

C’est évidemment un challenge qui nous rapproche davantage de la nature et qui nous permet d’aller encore plus loin dans notre politique de respect des ceps de vigne et de notre terroir. Le bruit des sabots dans la cour n’a pas fini de résonner...

Les chevaux